Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2016

Vous trouverez ci dessous les articles parus dans le Grand duc au sujet du suivi de la migration postnuptiale des passereaux au col de Prat de Bouc.

Les suivis sont aussi disponibles sur les pages de la catégorie 13

grand-duc 69 2069201-6-3708

grand_duc_70_15-19-6833

grand_duc_72_34-36-3037

grand-duc_74 31-33-2901

grand-duc 81 71-82

grand-duc 83 notes

 

Publicités

Read Full Post »

 

Téléchargement (version PDF): rapport-milouin-hiver-2015-2016

20161009_vincennes_fuligule-milouinFuligule milouin mâle (Thierry JOSSE)

Le suivi des Fuligules milouins sur les plans d’eau du bois de Vincennes se poursuit après plus de 20 ans de suivi. Même si les captures ont cessé l’étude de ce petit canard migrateur continue régulièrement entre le mois d’octobre et le mois de mars.

Les premiers individus sont observés début octobre, le 5 octobre 1 individu est vu et le 6/10 ils sont deux.

Le 15 octobre aucun individu n’est observé

Le 23 octobre, un seul individu est présent portant une marque nasale. Il s’agit du mâle marqué DHK.

Le 28 octobre, 4 individus sont observés dont 2 marqués! Le lendemain ils sont 5 dont 3 bagués.

En cette fin octobre les mauvaises nouvelles pour nos amis milouins tombent: B9Z fidèle parmi les fidèles est tiré en octobre 2016 dans le 59. Nous apprenons aussi que B9O a été tué cette fois ci en 2014 dans le même secteur. Malgré tout ces informations sont tres précieuses pour le suivi.

1er novembre: le nombre de milouin est de 3 que des mâles dont deux individus portant une marque nasale: DHK et B9X

B9X aux Minimes (Thierry JOSSE)

11, 12 et 13 novembre: un petit groupe de 3 mâles de Fuligules milouins est présent aux Minimes. Le 13 novembre une femelle s’est invitée à la fête!!!

19 novembre: Arrivée de nouveaux oiseaux.Le groupe de milouins est de 8 mâles dont 3 bagués. Le retour de B9= est à noter ainsi que la confirmation de la présence de B9B qui a perdu sa marque nasale depuis 2014. C’est individu devient le doyen des milouins capturés aux Minimes.

20 novembre: Il ne reste plus que 5 individus aux Minimes et l’effectif va encore diminué pour atteindre 3 mâles le 25 novembre.

26 novembre: A nouveau une hausse des effectifs avec 9 individus aux Minimes et 1 mâle bagué au lac de Daumesnil. Cette observation est d’autant plus surprenante que depuis le début du suivi par marquage des oiseaux c’est la première fois qu’un oiseau stationne sur ce lac. Il s’agit du mâle B9=.

Mois de décembre: Le groupe de milouins aux Minimes ne dépassera pas 3 individus de tout le mois. B9= est vu régulièrement à Daumesnil et revient parfois aux Minimes.

Read Full Post »

Focu

DHE_7414

Le bilan 2015 est paru dans le grand duc, n°84 année 2016 : http://www.faune-auvergne.org/index.php?m_id=20027).

L’année 2016 marque la 18ème saison de suivi de la migration active des passereaux et des rapaces au col de Prat Bouc, réalisée par Grumpy Nature. Depuis la fin du suivi annuel mené par le collectif Migrans en 1998 Grumpy Nature est la seule association a avoir tenté de poursuivre le travail débuté en 1972 par Tixier et Dameron (1977). Bien que ce suivi soit très limité dans le temps ,12-13 jours en octobre, cela permet de mettre en avant quelques changements. Cela est d’autant plus intéressant que le protocole mis en place est le même que celui mené par MIGRANS par le passé.

Cette année encore ce sont 13 jours de suivis qui ont été menés du 16 octobre (fin d’après midi) au 29 octobre. En parallèle quelques naturalistes locaux effectuent des jours avant/pendant/après le passage de Grumpy Nature. Le bilan présenté ci-après n’utilise que les données de Grumpy Nature.

Période d’étude : 16 au 29 octobre 2016

Site d’étude : Col de Prat de Bouc/Puy de la Jambe. En fonction des conditions météo le spoteur adaptera sa localisation.

Durée journalière : du lever du soleil à 18 heures.

Les conditions météorologiques

Globalement les conditions climatiques et météorologiques n’ont pas été des plus favorables pour l’observation. Les matinées des 19, 21, 25 et 26 sont marquées par des nappes de brouillard persistantes, parfois accompagnées d’averses, jusqu’en début d’après midi suivi par un grand ciel bleu. La matinée du 25 est totalement bouchée jusqu’à 11 heures. Le suivi est terminé plus tôt le 24 dans l’après-midi en raison d’un passage nul d’oiseaux.

La première semaine est marquée par des vents de régime de Nord Nord-Ouest qui décale le flux d’oiseaux sur les marges de la sphère d’observation du spoteur rendant difficile l’identification des espèces et les contacts auditifs. Du 22 au 25 le vent tourne Sud, Sud-Ouest et devient plus favorable à la migration. Enfin du 26 au 29 le vent revient à un régime de Nord, Nord-Est beaucoup moins favorable.

DHE_5272Vue sur le Sancy par temps clair depuis le spot du Puy de la Jambe (Grumpy Nature)

Bilan des observations

Les 14 jours de suivi de Grumpy Nature cette année représente 136 heures de présence sur le col. Ce sont 53024 individus qui ont été dénombrés de 46 espèces (tab. II).

Le top 5 des espèces les plus abondantes sont :

Le Pinson des arbres (28 341 individus ; 53,5% du total ; 14/14 jours), le Pigeon ramier (8133; 15,3%; 12/14), le Tarin des aulnes (2161; 4,1%; 13/14), l’Etourneau sansonnet (1347; 2,5%, 11/14) et la Bergeronnette grise (769; 1,45%; 14/14).

Les passereaux indéterminés représentent 7167 individus soit 13,5% du total dénombré, suivent les pigeons sp. avec 922 individus (1,7%). A noter que 1599 pigeons ont été notés comme ne passant pas par le col. Cela signifie qu’ils ont très bien pu réussir à franchir le massif par une autre voie évitant ainsi les tirs de barrage des chasseurs.

 

 

Les faits marquants

Commençons par les absents ! Quasiment pas de Mésanges ni de Pinsons du nord ont été observés, ce qui reste étrange pour cette période de l’année. A l’inverse les grands turdidés sont présents en plus grand nombre que les années passées.

Après 3 années sans observations de Balbuzard pêcheur à cette période voila que 2 individus sont vus en octobre 2016.

Un vol de 26 Grues cendrées est observé le 17 octobre. Donnée assez rare pour Prat-de-Bouc pour être signalée. Entre 1986 et 1998 seulement 5 années ont donné lieu à des observations de cette espèce. Ces dernières années la fréquence semble être plus importante avec des observations tous les deux ans environ.

La Saint-Luc, le 18 octobre, semble ne plus être marquée par le pic de migration des pigeons. Cela fait 4 ans que cette journée ne voit passer que quelques centaines de pigeons contre plusieurs milliers entre 1986 et 1998 (Leroy et Philippe, 2001).

saint-lucDHE_7357Pigeon ramier (Grumpy Nature)

Passage plus important que de coutume des Pigeons colombins avec 83 individus.

L’ensemble des vols de Grands cormorans sont passés en dehors de la sphère d’observation au niveau de la planèze de Saint Flour à l’Est du puy de Niermont

Vol de Grands cormorans (Grumpy Nature)

La détection des rapaces locaux et migrateurs est toujours aussi délicate mais Prat de Bouc se démarque par le faible passage de ces oiseaux.

A noter la présence régulière d’un jeune Faucon pélerin qui attaque les vols de Pigeons ramiers. Un Aigle royal immature a été observé les 16, 17 et 18 octobre.

Durant les nuits des 25 et 26 la majorité des Rouge queue noirs sont partis en migration.

Observation d’un mâle de Pie Grièche grise en migration active le matin du 23 octobre. Il s’agit là de la seconde observation après celle du 5/10/94.

Focus sur les pigeons

Les Pigeons sont comptabilisés en quatre catégories : pigeon ramier, pigeon colombin et pigeon sp. (ce qui correspond à un vol de pigeons où les espèces n’ont pu être déterminées car le vol passait trop loin, en contrejour etc.) et pigeon NPP (Ne Passe Pas). Ces derniers sont les vols de pigeons qui tombent dans la forêt ou qui passent hors de la sphère de l’observateur notamment en raison des tirs de barrages des chasseurs. Donc, pour éviter tout double comptage avec les sites alentours ces oiseaux ne sont pas considérés comme passant par ce col.

Occasionnellement, des pigeons bisets domestiques se mêlent aux vols de pigeons (2 en 2016).

A l’heure actuelle, et au regard du suivi réalisé ces dernières années, s’il existe une espèce sur laquelle il est possible de mettre en avant un potentiel changement du comportement migratoire c’est bien le pigeon. Il est relativement facile de détecter cette espèce et, contrairement aux passereaux, même si elle passe haut, il est encore possible de réaliser un recensement exhaustif.

Deux catégories de données ont été retenues : l’évolution de la date moyenne du top jour de passage ainsi que les effectifs à cette date (fig. 4 et 5). En s’appuyant sur les données de la synthèse de Leroy et Philippe (2001), nous devrions comptabiliser entre 15 000 et 20 000 individus dans la dernière quinzaine d’octobre. Les recensements sont largement en deçà de ces estimations avec une moyenne de 5244 individus On observe également une tendance au décalage du top jour. Sur la période 1986-1988 la date moyenne du top jour est le 18 octobre et pour la période 2006-2016, il s’agit du 23 octobre.

Néanmoins, il faut garder à l’esprit que sur ces 10 dernières années le suivi ne représente que 10 à 15 jours soit 1/3 de la période suivie entre 1986 et 1998 (Leroy et Philippe, 2001).

Plusieurs hypothèses peuvent être avancées :

Changement de route migratoire
Perte du caractère migratoire des populations françaises du aux hivers plus doux (réchauffement climatique). Les données de baguage pourraient répondre en partie à cette hypothèse.
Abondance de nourriture dans les plaines céréalières à l’automne et hiver moins rude

Les deux figures montrent une chute vertigineuse des effectifs de Pigeons ramiers et un décalage du top jour. Ces informations sont à relativiser dans la mesure où le suivi ces dernières années n’a concerné que 15 jours au plus. Mais la tendance est tout de même à un important changement. Cela corrobore les témoignages des naturalistes et des chasseurs locaux.

top-jour-pigeon

graph-pigeon

Bilan 2016

bilan-mig-2016

Conclusion

Saison très étrange qui laisse le sentiment que la migration n’a jamais réellement débuté. Sur la période d’étude aucune journée de très fort passage avec des dizaines de milliers de Pinsons. Peu de Bergeronnette grise, peu de Chardonneret, quasiment pas de Gros bec, aucun vol conséquent de Pinson du Nord…Les conditions d’observations n’ont rien arrangé. Les matinées bouchée ont tout de même permis de noter un passage largement sous estimé. Et quand il faisait beau les vols passaient extrêmement haut dans les profondeurs du bleu du ciel.

Rendez vous en octobre 2017

Read Full Post »