Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2011

COUPURES DE JOURNAUX

Année 2017

article-le-telegramme-janv-2017

img

Année 2016

baguage ouest francearticle telegrammearticle telegramme 220816IMG

article telegramme 8_07_16scan.bv@gmail.com_20160823_091534scan.bv@gmail.com_20160816_135059scan.bv@gmail.com_20160816_135037

Janvier 2015. Le Télégramme

Télégramme GN1 copie

Retrouver l’Article du  Télégramme en version PDF

article ouest franceLe chantier de fauche couvert par le journal Ouest France, février 2014

JOURNALArticle du Télégramme sur la station de baguage de Kervijen en 2013

Les activités scientifiques menées par Grumpy Nature sur les marais du Porzay sont relayeés auprés du public par les journaux locaux

Article paru dans le Télégramme le 5/08/09

Article paru dans Ouest France aout 2009

Article paru dans le Télégramme, juin 2010

Article paru dans Ouest France,  juin 2010

Publicités

Read Full Post »

BIBLIOGAPHIE

– HEMERY D., BLAIZE C., (2010). Suivi par le baguage de l’avifaune des marais littoraux de Kervijen et de Ty Anquer : nidification et migration postnuptiale, 2010. Participation au Plan National d’Action du phragmite aquatique Acrocephalus paludicola. Rapport d’activité Grumpy Nature. 36 pp.

– HEMERY D., BLAIZE C., (2009). Suivi par le baguage de l’avifaune des marais littoraux de Kervijen et de Ty Anquer : Nidification et migration postnuptiale, 2009. Rapport d’activité Grumpy Nature. 27 pp.

– HEMERY D., BLAIZE C., BARGAIN B., ZUCCA M., (2008). Suivi par le baguage de l’avifaune des marais littoraux de Kervijen et de Ty Anquer : Nidification et migration postnuptiale. Rapport SEPNB/Grumpy Nature. 23 pp.

– HEMERY D., BLAIZE C., (2008).- Résultats préliminaires du programme STOC sur les marais de Kervijen et de Ty Anquer. Rapport d’activités Grumpy Nature.

– HEMERY D., BLAIZE C., (2008).-Baguage au marais de Kervijen, Baie de Douarnenez : du 29 août au 01 septembre 2007 Etude de la migration des passereaux paludicoles. Rapport d’activités Grumpy Nature.

– HEMERY D. & BLAIZE C., 2009. – Migration post nuptiale des oiseaux au col de Prat de Bouc (Cantal), 2008. Le Grand Duc, 72 : 31-33

HEMERY D. & BLAIZE C., 2008. – Migration post nuptiale des oiseaux au col de Prat de Bouc (Cantal), 2007. Le Grand Duc, 72 : 34-36

– HEMERY D. & BLAIZE C., 2005. – Migration post nuptiale des oiseaux au col de Prat de Bouc (Cantal) : 9 jours de suivi en octobre 2005. Le Grand Duc, 69 : 1-6

– HEMERY D. & BLAIZE C., 2006. – Migration post nuptiale des oiseaux au col de Prat de Bouc (Cantal) : 10 jours de suivi en octobre 2006. Le Grand Duc, 70 : 15-19

– HEMERY D., 2005. – Prédation de lançons (Ammodytes tobianus) par des bécasseaux sanderling (Calidris alba) et variable (Calidris alpina) en Baie de Douarnenez. Alauda (4). P.459

– HEMERY D. et BLAIZE C., 2010.- Suivi de la migration et de l’hivernage du fuligule milouin (Aythya ferina) au lac des Minimes. Rapport d’activité Grumpy Nature / Mairie de Paris, 31p.

– HEMERY D. et BLAIZE C., 2009.- Suivi de la migration et de l’hivernage du fuligule milouin (Aythya ferina) au lac des Minimes. Rapport d’activité Grumpy Nature / Mairie de Paris, 31p.

– HEMERY D. et BLAIZE C., 2008.- Suivi de la migration et de l’hivernage du fuligule milouin (Aythya ferina) au lac des Minimes. Rapport d’activité Grumpy Nature / Mairie de Paris, 19p.

– HEMERY D et BLAIZE C., 2007.- Suivi de la migration et de l’hivernage du fuligule milouin (Aythya ferina) au lac des Minimes. Rapport d’activité Grumpy Nature / Mairie de Paris, 19p.

– HEMERY D et BLAIZE C., 2005.- Les oiseaux d’eau du lac des Minimes en hiver. Le Passer 42(1) : 53-64

 

 

Read Full Post »

Hirondelle rustique Hirundo rustica lors de son baguage (Grumpy Nature ©)

Période pour le STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Commun) : Mois de mai, juin et juillet (du lever du soleil à midi et en soirée)

Migration postnuptiale 2012 : 15 au 25 aout 2010 (du lever du soleil à midi, parfois en soirée)

Situés au fond de la baie de Douarnenez, les marais littoraux de Kervijen et de Ty Anquer représentent des reliquats d’anciennes zones humides accueillant une diversité avifaunistique non négligeable. Pour mieux connaître l’importance et le rôle de ces marais pour l’avifaune, des suivis par le baguage ont été entrepris dès 2006 par Bretagne Vivante puis poursuivi par Grumpy Nature.

Comme pour les plages du Porzay, il nous a semblé intéressant d’étudier le peuplement aviaire qui fréquente les marais de Kervijen et de Ty Anquer. C’est pourquoi, des 2007 Grumpy Nature propose au gestionnaire du site, la Communauté de Communes du pays  de Chateaulin et du Porzay, d’effectuer des inventaires ornithologiques pour mieux appréhender le rôle de ces marais pour l’avifaune en période de reproduction et en migration. Derrière cette vision globale, se cache le secret espoir de contacter le fameux Phragmite aquatique capturé sur deux sites proches du pays du Porzay : le marais de Rosconnec au nord et le marais de Trunvel au sud, dans la très réputée Baie d’Audierne, l’une des principales escales migratoires de l’espèce en Bretagne. C’est donc tout naturellement que Grumpy Nature a intégré le Plan National d’action du Phragmite aquatique en 2010 pour une durée de 5 ans.

Afin de répondre à notre problématique nous avons développé deux types de programmes :

  • le premier se déroule en période de reproduction. Il s’agit du STOC ROZO.

La participation à ce type de programme nécessite de suivre un protocole précis, établi au niveau national, par le CRBPO[1].

Réalisé dans une roselière, le programme STOC-capture (appelé alors STOC ROZO) nécessite de suivre un plan spécifique d’implantation des 10 filets utilisés. Les habitats présumés stables sont à privilégier. Chaque site est référencé au CRBPO.

Les filets sont montés de préférence la veille et déroulés à l’aube

Démaillage d’un passereau au filet, marais de Ty Anquer (Grumpy Nature©)

  • le second, Thème ACROLA (axe III du PNRO[2]), est réalisé en période de migration post nuptiale au cours du mois d’aout.

Nous avons cherché à exploiter la mosaïque de milieux présents sur le marais de Kervijen. Les filets ont été installés près des zones potentiellement favorables à l’alimentation des passereaux paludicoles et tout particulièrement du phragmite aquatique en lisière de roselière près de zones d’eau libre.

Les unités dédiées au thème ACROLA sont composées de 3 filets de 12 mètres disposés successivement et ouverts 30 minutes avant le lever du soleil à midi.. Chaque unité est accompagnée d’une repasse diffusant uniquement le chant du phragmite aquatique.

Une analyse paysagère simplifiée est réalisée. Celle-ci répond aux exigences du PNA. L’objectif étant de caractériser le milieu étudié.

Phragmite aquatique Acrocephalus paludicola, capturé sur le marais de Kervijen, aout 2010 (Grumpy Nature©)

Ces prospections ornithologiques sont également l’occasion de mener des observations naturalistes généralistes : mammifères, insectes, amphibiens, flore…

Le baguage demeure une activité bénévole scientifique soumise à une réglementation rigoureuse et à la mise en place de protocoles standardisés établis au niveau national.

Pour plus d’informations et détail sur les suivis par le baguage sur les marais du Porzay, consultez le PDF ci dessous

Baguage Kervijen 2010 (PDF)

Baguage Kervijen 2012 (PDF)

Baguage Kervijen 2013 (PDF)

Article ACROLA revue Alauda81-2013

Nous accueillons le public lors des sessions de baguage estivales (aout). L’accès est libre à la station de baguage. Venez découvrir cette discipline et les oiseaux des marais.

Pour nous contacter: association.grumpynature@hotmail.fr


[1] Centre de Recherche par le Baguage sur les Populations d’Oiseaux

[2] Plan National de Recherche sur les Oiseaux

Read Full Post »

octobre 10, 2011 par hemeryetblaize

Période : toute l’année

Contact : association.grumpynature@hotmail.fr

Quels rallidés ?

Plusieurs espèces de rallidés existent sous nos latitudes (râles, marouettes, gallinules, foulques…). Les plans d’eau des espaces verts et des parcs urbains accueillent fréquemment deux espèces de rallidés : la gallinule poule d’eau Gallinula chloropus et la foulque macroule Fulica atra.

Le lac des Minimes abrite depuis plusieurs décennies la poule d’eau (NORMAND & LESAFFRE, 1978) alors que la foulque a connu une installation plus récente suite à la tempête de 1999.

Pourquoi un suivi spécifique sur les rallidés ?

Il s’agit de deux espèces communes et chassables. Les espèces dites banales font généralement l’objet de peu d’attention. Grumpy Nature a voulu en savoir plus sur ces espèces sauvages ayant trouvé naturellement refuge en milieu urbain.

Ce sont des oiseaux considérés comme très sédentaires (réf.). Or, d’autres programmes de baguage couleur au travers de l’Europe ont montré que ces deux espèces pouvaient migrer sur de longues distances (réf.).

Au lac des Minimes et dans ses alentours proches, ces deux espèces sont présentes toute l’année avec des fluctuations importantes au niveau des effectifs. De manières générales, au printemps, seules les couples reproducteurs demeurent sur le lac alors qu’en hiver les effectifs doublent.

A quoi cette différence est elle due ? Le recrutement annuel explique-t-il à lui seul ces variations ? Le lac des Minimes accueille-t-il des individus extérieurs ? Existe-t-il des déplacements inter et intra sites sur la zone d’étude ?

Autant de questions qui nécessitent la mise en place d’un programme de marquage couleur individualiser les oiseaux et les suivre au cours de leur cycle annuel. Les questions sont :

  • Quelle est la fidélité de ces oiseaux aux quartiers d’hivernage et de reproduction ?
  • Est-ce une population qui vit en vase clos ou bien existe-t-il des apports extérieurs, notamment en hivernage ?
  • Quelle est la dispersion post juvénile ?
  • Les jeunes de l’année restent-ils se reproduire sur le lac ?
  • Les jeunes passent-ils l’hiver sur leur site de naissance ?
  • Quels sont la mortalité et le taux de survie de ces oiseaux ?
  • Quels sont les mouvements intra site et inter sites ? (le suivi des fuligules milouins du lac des Minimes montre de nombreux déplacements sur les différents plans d’eau de la région).

Les sites de captures se situent : Lac des Minimes, Lac de Saint Mandé et parc départemental de la plage bleue (Valenton)

Quel marquage ?

Les gallinules poule d’eau sont équipées de bagues de couleur gravées. Les bagues sont noires avec un code alpha numérique (1 lettre+ 2 chiffres) écrit en blanc. La bague de couleur est mise sur le tarse alors que la bague métallique se situe au niveau du tibia (difficilement visible).

 

Pour les foulques deux types de marquage couleur sont utilisés :

–         Bagues de couleur sans codes inscrits dessus. Il s’agit d’une combinaison de deux bagues de couleur sur la patte droite ou gauche. L’ordre bague (Blanc sur Rouge ou Rouge sur Blanc) ainsi que la patte portant les bagues couleur font partis du code. La bague métallique est posée sur l’autre patte.

–         Bague blanche comportant un code numérique à 3 chiffres inscrits en noir.

 

Si vous observer des oiseaux bagués vous pouvez participer bénévolement et gratuitement au suivi en nous communiquant vos observations. Pour cela il suffit de préciser le lieu d’observation, la date, la combinaison des bagues (quelles bagues sur la patte droite, quelles bagues sur la patte gauche) et le nom de l’observateur. En retour vous recevrez l’historique de vie de l’oiseau (lieu, date de baguage et toutes les observations concernant l’oiseau)

 

 

Le baguage demeure une activité bénévole scientifique soumise à une réglementation rigoureuse et à la mise en place de protocoles standardisés établis au niveau national.

 

 

Pour plus de détail, vous pouvez consulter les derniers rapports d’avancement de l’étude : Suivi des rallidés sur les pièces d’eau du Bois de Vincennes et des lacs périphériques en 2011

Suivi des rallides sur les pièces d’eau du Bois de Vincennes et des lacs périphériques en 2012

 

Read Full Post »

Crêtes du Plomb du Cantal, octobre 2009 (Grumpy Nature©)

 

Le col de Prat de Bouc situé à proximité du Plomb du Cantal, est l’un des plus anciens points d’observation de migration active en France. L’aventure débute en 1972 par un suivi de la migration et un programme de baguage. C’est entre 1986-1998, dans le cadre du réseau MIGRANS, que le suivi est le plus intense. En 2001 une synthèse retraçant cette période a été réalisée. Aujourd’hui Prat de Bouc fait partie des 57 sites suivis en France dans le cadre du réseau du plan d’action migration (33 postnuptiale et 14 prénuptiale, 2009). Depuis le nombre de sites a augmenté.

A l’heure actuelle, le suivi au col de Prat de Bouc est devenu ponctuel. Il est le résultat de quelques passionnés attachés à ce site. Depuis 2003, l’association Grumpy Nature essaie de poursuivre l’aventure quelques jours au mois d’octobre. Les observations font l’objet d’un résumé annuel régulièrement publié dans la revue régionale le Grand Duc.

Un nouvel élan a été insufflé avec la mise en place du réseau migraction auquel participe Grumpy Nature avec l’intégration du site du col de Prat de Bouc. Espérons que l’association trouve les fonds nécessaires pour intensifier le suivi.

Vol de grand cormoran (Grumpy Nature©)

Période de suivi 2012 : dernière quinzaine d’octobre. Possibilité de quelques journées de suivis en aout et septembre

Pour nous contacter : association.grumpynature@hotmail.fr

Résultats des observations en octobre 2010

David HEMERY et Christine BLAIZE

Grumpy Nature

association.grumpynature@hotmail.fr

Lors de l’automne 2010, le suivi s’est déroulé du 18 au 26 octobre, soit 9 jours, pour un total de 78h de suivi et 65 578 oiseaux contactés de 45 espèces différentes. Les journées du 24 et 25 n’ont pu être que partiellement suivies en raison du mauvais temps. Les conditions météorologiques rencontrées ont été instables et variables (chutes de neige, pluie, vent..).

L’espèce la plus représentées est le pinson des arbres (34,9% du total) suivie par le pigeon ramier (19,7%), l’alouette des champs (2%). 34,6% des individus contactés n’ont été identifiés que jusqu’à la famille (turdidés, paridés, passéridés…). La hausse de ce groupe, par rapport à 2009 (32,3%), est à mettre au compte de la catégorie Pinsons sp. (pinson des arbres et du nord) qui sont passés en vols mixtes très importants. La catégorie la plus abondante est celle des passereaux sans précision (passereaux sp.) avec 20,1% de l’effectif total.

Quelques faits marquants

Faucon pèlerin : 2 jeunes individus chassent parmi les vols de passereaux plusieurs jours de suite,

Bondrée apivore : Passage inattendu d’un individu le 23 octobre,

Milans royaux : 87,6% des effectifs sont contactés les 25 (40 individus malgré des conditions météorologiques déplorables) et 26 octobre (59 oiseaux, top jour),

Buse variable : à l’image de la migration des milans royaux, 77,8% des oiseaux contactés le sont les 25 et 26 octobre.

Pigeon ramier : La Saint Luc n’a pas tenue ses promesses. Les jours suivants de jolis vols de pigeons ont pu être observés notamment les 20, 21 et 26 octobre. Ce sont 12 894 ramiers qui ont été comptabilisés. Le total des pigeons atteint plus de 14 376 individus. Les pigeons colombins ne représentent que 10% des pigeons observés. La migration semble plus tardive qu’en 2009.

Grue cendrée : Unique passage le 26 octobre avec 212 oiseaux au minimum (ceux de la nuit non comptés). Cette valeur est au-dessus de la moyenne connue, 109 individus, sur la période 1988/1998. Les vols se sont fait entendre aux environs de 5 heures du matin. Puis, dans le courant de la journée plusieurs petits groupes se dirigeant vers le sud-ouest ont été contactés. La dernière observation de cette espèce remonte au 9/10/07 avec 3 individus.

Bec croisés des sapins : 21 individus comptés. Espèce plutôt rare à Prat de Bouc, première mention depuis 2004.

Mésange bleue et charbonnière : après les faibles effectifs de 2009, l’année 2010 retrouve des valeurs proches de la moyenne calculée pour la période 1988/1998.

Le top jour se situe lors du 22 octobre avec un total de 28 062 oiseaux comptabilisés. Certaines espèces communes affichent des effectifs nettement en baisse en 2010 par rapport à 2009 comme : le pinson des arbres (-26,3%, cette baisse est à nuancer dans la mesure où la catégorie pinson sp. a augmenté), les alouettes (-51,2%), la bergeronnette grise (-20,4%), le chardonneret élégant (-34,1%), le tarin des aulnes (-27,8%) ou encore le gros bec (-100%). A l’inverse d’autres espèces présentent une hausse considérable de leurs effectifs toujours sur la même période. C’est le cas pour les pigeons (255,67%), le pinson du nord (2076,92%), les pinsons sp. (1088,31%), le milan royal (1312,51%), les mésanges (2260%), le grand cormoran (181,58%)…

A l’échelle nationale le col de Prat de Bouc reste l’un des sites le moins suivi avec seulement 9 jours. Au niveau des effectifs d’oiseaux et des espèces recensés, il figure dans le ventre mou des sites avec en moyenne 61000 individus.

A l’échelle locale, la comparaison des valeurs brutes (effectifs, nombre d’espèces) avec les sites de Flavignac, Creste et Baracuchet place Prat de Bouc loin derrière. Par contre, rapporté aux nombres de jours ou d’heures passés sur le terrain, Prat de Bouc se hisse largement à hauteur de ces sites. Le col de Prat de Bouc est un spot de migration qui mérite notre attention et où chacun pourra se délecter du fabuleux spectacle de la migration. Prochain rendez vous en octobre 2012 !

Nom espèces

18-oct

19-oct

20-oct

21-oct

22-oct

23-oct

24-oct

25-oct

26-oct

Total

Pinson des arbres

676

6124

2978

362

11218

1054

180

30

247

22869

Passereau indéterminé

261

3011

1918

195

6715

710

85

19

247

13161

Pigeon ramier

7

784

5585

3672

319

0

13

0

2514

12894

Pinson des arbres / Pinson du Nord

26

326

279

52

6193

908

15

0

127

7926

Pigeon indéterminé

0

0

120

66

0

0

0

0

1240

1426

Alouette des champs

44

26

48

66

1079

46

12

0

25

1346

Pinson du Nord

7

14

30

13

861

182

3

3

19

1132

Tarin des aulnes

0

167

37

42

252

295

22

0

22

837

Chardonneret élégant

0

16

55

57

432

127

14

14

16

731

Bergeronnette grise

19

34

33

32

357

103

47

4

5

634

Étourneau sansonnet

0

73

83

190

167

8

18

1

14

554

Linotte mélodieuse

3

61

85

17

124

3

4

0

5

302

Mésange bleue

2

4

6

127

13

1

43

0

90

286

Grue cendrée

0

0

0

0

0

0

0

0

212

212

Grive indéterminée

0

6

0

12

72

24

4

0

65

183

Grive draine

7

10

58

26

21

1

1

5

20

149

Grive litorne

0

0

1

11

64

24

0

0

23

123

Milan royal

7

5

1

1

0

0

0

40

59

113

Grand Cormoran

0

61

32

12

0

0

0

0

2

107

Alouette lulu

2

6

44

8

7

1

1

0

0

69

Mésange charbonnière

0

8

10

21

20

3

5

0

1

68

Pigeon colombin

0

2

16

9

1

0

0

0

28

56

Pipit farlouse

0

4

8

17

20

0

5

0

0

54

Serin cini

3

0

35

8

5

0

0

0

1

52

Bruant des roseaux

0

0

1

1

39

1

0

0

0

42

Choucas des tours

12

2

0

24

0

0

0

0

0

38

Grive musicienne

0

10

1

0

4

18

0

0

0

33

Rouge-queue noir

0

0

0

0

27

5

0

0

0

32

Buse variable

2

1

2

1

0

0

0

8

13

27

Verdier d’Europe

0

0

0

0

21

0

0

0

1

22

Bec-croisé des sapins

7

0

3

0

10

0

0

0

1

21

Bruant jaune

0

0

0

5

7

1

0

0

0

13

Mésange  indéterminée

0

0

0

2

1

0

0

0

9

12

Épervier d’Europe

1

0

2

2

0

0

0

1

5

11

Bruant indéterminé

0

0

0

3

5

0

0

0

0

8

Corneille noire

0

0

8

0

0

0

0

0

0

8

Bergeronnette des ruisseaux

0

0

0

0

3

0

1

0

0

4

Bouvreuil pivoine

0

0

1

2

0

0

0

0

0

3

Faucon émerillon

1

2

0

0

0

0

0

0

0

3

Accenteur mouchet

0

0

1

0

1

0

0

0

0

2

Faucon hobereau

1

1

0

0

0

0

0

0

0

2

Grive mauvis

0

0

0

0

0

0

0

0

2

2

Hirondelle de rochers

0

0

0

0

2

0

0

0

0

2

Autour des palombes

0

0

0

0

0

0

0

0

1

1

Bondrée apivore

1

0

0

0

0

0

0

0

0

1

Bruant fou

0

0

0

1

0

0

0

0

0

1

Bruant zizi

0

0

0

0

1

0

0

0

0

1

Busard des roseaux

0

0

0

0

0

0

1

0

0

1

Faucon crécerelle

0

0

1

0

0

0

0

0

0

1

Hirondelle rustique

0

0

0

0

1

0

0

0

0

1

Merle à plastron

0

0

0

1

0

0

0

0

0

1

Rapace indéterminé

0

1

0

0

0

0

0

0

0

1

Total

1089

10759

11482

5058

28062

3515

474

125

5014

65578

Vue depuis le Puy de la Jambe (Grumpy Nature©)

Read Full Post »

période de suivi : d’octobre à mars

contact : association.grumpynature@hotmail.fr

Mâle fuligule milouin, lac des Minimes, marqué CARRE  (Grumpy Nature©)

L’association Grumpy Nature suit tout au long de l’année la communauté des oiseaux d’eau au lac des Minimes, afin de mieux connaître les différentes espèces qui fréquentent ce site.

En se focalisant sur le lac des Minimes et une espèce en particulier : le fuligule milouin Aythya ferina, Grumpy Nature souhaite contribuer à la connaissance sur les oiseaux en milieu urbain et le fonctionnement de ces entités urbaines.

C’est aussi un moyen ludique de sensibiliser le public parisien aux problématiques environnementales et à la conservation de la biodiversité.

Pourquoi le fuligule milouin ?

Le fuligule milouin, une des rares espèces régulières aux Minimes ayant gardé un comportement sauvage , est présent de l’automne à la fin de l’hiver. La présence de ce petit canard plongeur, originaire d’Eurasie et du bassin méditerranéen, peut sembler étonnante en plein cœur de la capitale française loin des milieux habituellement fréquentés par l’espèce en hiver. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, il a tout particulièrement attiré notre attention.

Les premières années de suivi ont montré un comportement atypique de l’espèce comparée aux données bibliographique. A partir de ce constat Grumpy Nature a souhaité en savoir plus sur son écologie.

Profitant de la mise en place du programme national d’étude des canards plongeurs initié par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), le lac des Minimes a été intégré au programme de marquage couleur dès l’hiver 2006-07. Cela comprend, entre autre, capturer, marquer, et relâcher les individus. Le marquage se fait à l’aide d’une marque posée sur le bec, appelée selle nasale, de couleur bleu clair, qui comporte un code unique écrit en noir.

Plusieurs types de codes existent, et invariablement le code latéral est le même de chaque coté de la marque, il faut donc bien prêter attention à la présence d’une lettre ou non sur la face frontale de la marque.

(de gauche à droite, les codes se lisent : B9B, carréK, DHJ, DHH)

Au-delà de l’intérêt de participer à une étude sur la population des fuligules milouins du ouest-paléarctique occidentale transitant en hiver en France, cela permet d’aborder aussi des questions spécifiques au groupe de milouins présents au lac des Minimes, auxquelles les seules observation à distance ne permettent pas de répondre :

  • Quel est le temps de séjour des fuligules milouins au lac des Minimes ?
  • Arrivent-il dès le début de l’hiver ?
  • Sommes-nous face un groupe en perpétuel renouvellement (turn-over) ?
  • Que ce passe-t-il pendant les vagues de froid, lorsque le lac des Minimes est gelé et que les fuligules milouins ont déserté le site, où vont-ils ?
  • Sont-ce toujours les mêmes à chaque hiver ?
  • Peut-on avoir une idée des zones de nidifications ou de halte migratoire de ce groupe ?

Si vous observer des oiseaux bagués vous pouvez participer bénévolement et gratuitement au suivi en nous communiquant vos observations. Pour cela il suffit de préciser le lieu d’observation, la date, le code présent sur la selle nasale (code frontal et latéral) et le nom de l’observateur. En retour vous recevrez l’historique de vie de l’oiseau (lieu, date de baguage et toutes les observations concernant l’oiseau)

Le baguage demeure une activité bénévole scientifique soumise à une réglementation rigoureuse et à la mise en place de protocoles standardisés établis au niveau national.

Pour plus de détail, vous pouvez consulter les derniers rapports de l’étude :

Suivi de la migration et de l’hivernage 2012-13 du fuligule milouin Aythya ferina au lac des Minimes

Suivi de la migration et de l’hivernage 2011-2012 du fuligule milouin Aythya ferina au lac des Minimes

Suivi de la migration et de l’hivernage 2010-11 du fuligule milouin Aythya ferina au lac des Minimes

Suivi de la migration et de l’hivernage 2009-10 du fuligule milouin Aythya ferina au lac des Minimes

Read Full Post »

Grumpy Nature édite plusieurs types de publications : de la brochure d’informations aux articles scientifiques dans des revues spécialisées.

Pour tenir informé en temps réel, le public et les bénévoles, du déroulement du suivi des Fuligules milouins au bois de Vincennes (catégorie 9), Grumpy NAture a publié régulièrement entre 2008 et 2014 une lettre d’information, l’Aile du Milouin (3 numéros par hiver).

Aile-milouin1-nov08Aile-milouin16-nov13

Aile-milouin2-janv09

Aile-milouin3-mars09

Aile-milouin4-janv10

Aile-milouin4-nov09

Aile-milouin6-mar10

Aile-milouin7-nov10

Aile-milouin8-janv11

Aile-milouin9-mai11

Aile-milouin10-nov11

Aile-milouin11-jan12

Aile-milouin12-mar12

Aile-milouin14-janv13

Aile-milouin15-mar13

Aile-milouin16-nov13

Aile-milouin17-janv14

Aile-milouin18-mars14

L’association édite en fin d’année un bulletin d’information qui retrace toute l’activité scientifique de l’année. Ce bulletin est envoyé aux structures avec lesquelles nous travaillons (mairie de Paris, ONCFS, Communauté de Communes, CG 94, CG 29, Bretagne vivante… aux personnes qui participent aux différents suivis et à toutes autres personnes curieuses de découvrir les travaux de Grumpy Nature.

2006- Bulletin de liaison de Grumpy Nature N1 (PDF)

2007- Bulletin de liaison de Grumpy Nature N2 (PDF)

2008- Bulletin de liaison de Grumpy Nature N3 (PDF)

2009- Bulletin de liaison de GrumpyNature N4 (PDF)

2010- Bulletin de liaison de Grumpy Nature N5 (PDF)

2011- Bulletin de liaison de Grumpy Nature N6 (PDF)

2012- Bulletin de liaison de Grumpy Nature N7 (PDF)

2013- Bulletin de Liaison de Grumpy Nature N8 (PDF)

2014- Bulletin de Liaison de Grumpy Nature N9 (PDF)

2016- Bulletin de_liaison de_Grumpy Nature_N10 (PDF)

Pas de bulletin en 2015

Les rapports d’activités

Les différents suivis font l’objet de rapports annuels d’activités qui donnent parfois lieu à des articles dans des revues locales ou internationales spécialisées (cf. bibliographie). Ces rapports sont téléchargeables sur les pages dédiées à chaque suivi.

Une partie de nos publications sont consignées à la bibliothèque Mammifères/oiseaux du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.

Les médias

Vous pouvez retrouver Grumpy Nature sur le  site de  internet de la Mairie de Paris. Un article et un reportage sur la capture, le baguage des fuligules milouins est disponible:

http://www.paris.fr/loisirs/nature-et-biodiversite/oiseaux-parisiens/le-fuligule-milouin/rub_9570_stand_97194_port_23558.

Read Full Post »

Older Posts »